August 31, 2022

Comment améliorer la santé mentale au travail?

Comment améliorer la santé mentale au travail?

Les problèmes liés à la santé mentale dans le cadre professionnel sont souvent tabous, faisant objet d’une grande discrétion de la part des employés. En effet, la santé mentale au travail est souvent mise au second plan, négligée et peu prise en charge. Toutefois, la pandémie du COVID-19 a permis de repenser la santé mentale au travail. Elle a fait émerger de nouveaux questionnements et a montré la nécessité d’une meilleure prise en charge 

De nombreux éléments impactent notre santé mentale au travail. Il s’agit d’un problème complexe, d’autant plus dans notre contexte actuel d’hyperconnexion et de changements rapides. Une réflexion profonde s’impose donc pour établir une stratégie solide permettant de mieux prendre en charge les employés expérimentant des problèmes tels que le burn-out, la dépression ou encore l’anxiété dans le milieu professionnel. 

Pour mener à bien cette réflexion, 3 étapes sont nécessaires:  

  • Comprendre ce qu’est la santé mentale 
  • Comprendre les facteurs pouvant l’affecter
  • Reconnaître les problèmes de santé mentale au travail 

Définir la santé mentale pour mieux la gérer au travail 

Malgré la difficulté à définir la santé mentale à cause de son caractère large, l’OMS est parvenue à la caractériser comme “un état de bien-être qui permet de se réaliser, de surmonter les tensions de la vie, d’accomplir un travail productif et de contribuer à la vie de sa communauté”. 

Au travail, ce bien-être dépend de nombreux éléments comme la santé de l’entreprise, l’ambiance entre collègues, les conditions de travail, ou encore le sentiment de sécurité. L’émergence de la notion du bien-être et des préoccupations liées aux conditions de travail ont été accentuées avec la pandémie du COVID-19, lorsque de nombreux employeurs ont été confrontés au mal-être croissant de leurs travailleurs. L’enjeu principal consiste à trouver un équilibre dans la santé mentale de l’employé au sein de sa structure professionnelle.  

Dans cette optique, on peut distinguer 2 concepts permettant de définir cet équilibre mental en lien avec le travail : la qualité de vie et le bien-être. 

  • La qualité de vie correspond à “un sentiment de bien être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt au travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l'égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué”.  
  • Le bien-être au travail renvoie à une approche plus globale, elle caractérise à la fois la santé physique et mentale en définissant la satisfaction et un sentiment d’épanouissement au travail. 

Comment représenter la qualité de vie au travail ou la QVT? 

Les causes des problèmes de santé mentale au travail 

Bien que bénéfique par son aspect socialisant, le travail peut devenir source de stress et d’angoisse. Une surcharge de travail, un environnement où existent tensions et conflits ou encore un manque d’autonomie peuvent mener à une perte de motivation du salarié. 

Dans le dernier rapport publié par la Fondation Pierre Deniker, 22% des Français actifs présentent une détresse liée à un trouble du bien-être mental. On constate dans ce rapport, que les femmes sont encore plus touchées que les hommes, avec 26% chez les femmes et 19% chez les hommes. 

Il est clair que la prévention des problèmes de santé mentale doit passer en premier par leur identification et leur compréhension. Voici la liste de quelques facteurs de risque : 

  • Intensité et temps de travail : un manque de visibilité sur le travail et des tâches à réaliser, des objectifs assignés difficiles à réaliser, longues et intenses journées de travail, un manque de repos, attendre des employés une performance toujours maximale… Tout cela impose une très grande pression mentale et nuit à la motivation et à la productivité,
  • Exigences émotionnelles : de mauvaises pratiques de communication entre employés et employeurs peuvent être à l’origine de tensions et augmenter le stress au travail,
  • Manque de responsabilité et d’autonomie : l’autonomie au travail constitue un facteur de confiance pour l’employé qui peut se sentir plus heureux lorsqu’on lui assigne des tâches où il sent son importance, dans un cas où ce dernier n’est pas forcément responsabilisé, une certaine démotivation peut s’installer menant ainsi à une lassitude et parfois même des problèmes de santé mentale liés au travail, 
  • Environnement social au travail : le milieu dans lequel évoluent les employés influe directement sur leur bien-être, par exemple une bonne entente entre collègues de bureau crée un sentiment d’appartenance et de confiance ce qui est essentiel pour leur épanouissement personnel et professionnel. A l’inverse,  une mauvaise ambiance et l’existence de conflits peuvent mener à une démotivation totale et une envie de quitter le lieu de travail pour échapper aux sentiments négatifs.

Vers une reconnaissance des problèmes de santé mentale au travail 

La crise de la COVID-19 a offert une nouvelle perspective sur les troubles mentaux au travail, notamment en amenant sur le devant de la scène la nécessité d’accompagner les employés travaillant à distance. Les différents confinements ont profondément modifié les pratiques au travail et affecté l’état mental des employés parfois surmenés par le travail à la maison. 

Toutefois, il ne faut pas perdre espoir! En effet,  le monde du travail est en constante évolution. Aujourd’hui, l’avènement des entreprises aspirant à accompagner et à aider les collaborateurs, l’organisation des conférences dédiées au bien-être au travail, la multiplication des ressources en lien avec la promotion de la santé mentale au travail laissent penser que la santé mentale peut devenir un enjeu majeur au cours des prochaines années. Managers, organisations et employés prennent de plus en plus conscience de l’importance de la santé mentale au travail et de la nécessité de la promouvoir. Les problématiques de la qualité de vie au travail intègrent de plus en plus le langage professionnel. 

Les pouvoirs publics, eux-aussi, peuvent être un moteur de cette évolution des mentalités. La notion de la reconnaissance des troubles mentaux au travail tels que le burn-out, la dépression et autres est importante car elle ouvre droit à une réparation du préjudice. En 2015, le burn-out est par exemple reconnu en France comme une maladie professionnelle, c’est également le cas de la Belgique qui reconnaît le burn-out le 13 juillet 2006 (MB1/09/2006).

A l’échelle internationale, des organisations prennent aussi conscience de la nécessité de mener des politiques d’accompagnement de la santé mentale et de l’emploi. L’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) a par exemple publié un ensemble de principes globaux en 2016 comme la Recommandation du Conseil sur une politique intégrée de la santé mentale, des compétences et de l’emploi. Les recommandations sont appelées à promouvoir des dispositifs pour faire face aux conséquences que les problèmes de la santé mentale peuvent avoir sur l’éducation, la santé, l’emploi et la vie sociale. 

Pour en savoir plus sur les moyens d’améliorer la santé mentale au travail, nous vous invitons à lire l’article intitulé “Les 4 piliers d’une meilleure prise en charge de la santé mentale au travail”(<lien>), où on partage un ensemble de techniques pour une meilleure prise en charge de la santé mentale au travail. 

Recent Articles